Table ronde AG AFCA-CIAL 2021 – « Les réponses des professionnels du secteur aux enjeux Nutrition Santé de la filière alimentation animale »

 

Les enjeux en matière de santé des animaux : le bien-être, la résistance aux stress, la démédication ou la lutte contre l’antibiorésitance, pour n’en citer que quelques-uns, sont cruciaux pour la performance et la pérennité des élevages de demain.

L’AFCA-CIAL a souhaité au travers de cette table ronde, présenter les attentes politiques, les attentes des filières de production animale et les solutions apportées par les professionnels de la nutrition animale.

 

Programme de la table ronde

  • Le Pacte Vert européen et la future PAC – Pierre BASCOU Directeur en charge de la Durabilité et du soutien au revenu de la DG AGRI à la Commission Européenne
  • Apporter des solutions santé & bien être : les attentes des fabricants – Jean-Claude VIRENQUE La Coopération Agricole Nutrition Animale, François CHOLAT SNIA
  • Présentation des solutions Nutrition Santé des adhérents AFCA-CIAL – Michel LAYUS Mixscience, Julien COMBES DSM, Éric ROBLOT Alliance Nutrition Animale
  • Présentation des travaux de l’AFCA-CIAL et des syndicats de la nutrition animale – Jean-François LABARRE CCPA

 

Résumé des interventions

L’Europe s’engage en faveur de l’écologie avec son « Pacte Vert », dont l’un des axes est la promotion d’un système alimentaire plus sain et plus durable, grâce à sa stratégie « de la ferme à la table ». La Commission Européenne propose une vision globale à long terme pour :

  • Réduire l’empreinte écologique et climatique du système alimentaire
  • Mener une transition mondiale vers une durabilité compétitive
  • Exploiter les nouvelles opportunités comme l’économie circulaire, le carbone farming…
  • Mettre en place un système alimentaire solide et résilient, notamment pour faire face à de nouvelle crise

Un cadre législatif se définit autour de cette stratégie, avec des principes généraux mais aussi des actions concrètes. À titre d’exemples :

  • Révision de la règlementation en matière de bien-être animal
  • Proposition d’un cadre pour l’étiquetage pour permettre aux consommateurs de faire des choix durables
  • Révision du règlement concernant les additifs pour l’alimentation animale afin de réduire les incidences de l’élevage sur l’environnement

L’élevage a une position primordiale dans l’atteinte de ces objectifs, et la réforme de la PAC devra permettre de répondre aux ambitions de la Commission Européenne.

L’élevage fait face à de nombreux défis tous connectés entre eux : santé animale et humaine, bien-être animal, impact environnemental et compétitivité. Ainsi, un animal en bonne santé, bien nourri et élevé dans de bonnes conditions permet une meilleure production de lait, d’œuf ou de viande. Mais aujourd’hui un élevage performant doit aussi s’inscrire dans des contraintes environnementales (déforestation, rejet de méthane…) et de santé publique (fièvre porcine, influenza aviaire…).

Pour faire face à ces défis, les éleveurs se tournent vers leurs fabricants d’aliments, qui eux-mêmes attendent des fournisseurs d’additifs et des firmes services, des solutions nutritionnelles et un accompagnement. Un partenariat qui se construit sur l’approvisionnement stable en ingrédients qui s’adaptent aux marchés et aux évolutions règlementaires et qui répondent aux enjeux sociétaux (hygiène, bien-être, rejet dans l’environnement, antibiorésistance…) mais aussi aux enjeux économiques et de performance de l’élevage.

Concrètement dans ce contexte, quelles sont les solutions Nutrition Santé apportées par les métiers des adhérents de l’AFCA-CIAL ?

En premier lieu, une évidence : une nutrition équilibrée est la base de la bonne santé des animaux. Les micro-ingrédients, comme les vitamines, oligoéléments, acides aminés ou des actifs spécifiques ajoutés à l’alimentation, jouent un rôle nutritionnel essentiel pour des animaux en bonne santé.

Un panorama des micro-ingrédients et de leurs fonctionnalités

 

Le rôle des entreprises du secteur est de trouver de nouvelles molécules, de rendre les solutions existantes plus efficaces, de gérer les interactions entre les différentes substances ou encore d’optimiser certaines fonctionnalités.

Ces micro-ingrédients sont apportés via des aliments complémentaires (c’est-à-dire en supplément de la ration), sous une forme adaptée à chaque espèce, chaque stade physiologique et chaque type d’élevage. Les aliments peuvent être porteurs d’allégations, moyens de communication auprès des éleveurs sur les aspects Nutrition Santé, qui sont étayées avec un dossier de preuves scientifiques et des essais terrain. La commercialisation de ces solutions nutritionnelles s’accompagne ainsi de conseils et de recommandations à l’éleveur afin de répondre aux problématiques de l’élevage.

Les entreprises du secteur de la nutrition animale sont regroupées au sein de 3 syndicats : l’AFCA-CIAL, le SNIA et la Coopération Agricole Nutrition Animale. Les syndicats ont pour mission de défendre les intérêts de leurs adhérents, et aussi de travailler sur les dossiers clefs de la profession et notamment ceux en lien avec la Nutrition Santé. Que se soit des travaux syndicaux ou collectifs, l’AFCA-CIAL s’est investie dans :

  • Le soutien et l’encadrement de l’usage des produits de plantes
  • L’encadrement de l’utilisation des allégations
  • La défense des aliments diététiques
  • La lutte contre l’antibiorésistance
  • La révision de la règlementation « additifs et prémélanges »

 

En conclusion

L’évolution du contexte législatif est en route vers un système alimentaire durable. Les filières aval sont prescriptrices de cahiers des charges qui répondent aux attentes sociétales en matière de bien-être des animaux, d’environnement…

Un champ de contraintes ou d’opportunités ?

Le secteur de la nutrition animale choisit d’y voir un champ d’opportunités.

Citons quelques produits parmi d’autres : des extraits de plantes pour réduire l’usage des antimicrobiens, des enzymes pour réduire les rejets dans l’environnement, des aliments diététiques pour maintenir les animaux en bonne santé…

Les entreprises du secteur développent, innovent, valorisent toute une gamme de solutions qui déjà aujourd’hui, et encore plus demain, feront partie de la réponse pour aller vers un système alimentaire plus durable. Mais pour répondre aux ambitions des politiques et de la société, nos métiers auront besoin de l’appui du législateur. Un cadre règlementaire adapté est nécessaire ; il devra favoriser ces nouvelles innovations et protéger notre modèle agricole, nos entreprises, nos savoir-faire face à la concurrence déloyale et aux risques de dumping tant au niveau intracommunautaire qu’émanant des pays tiers. C’est cet effort commun qui garantira la pérennité de nos élevages.

Les commentaires sont fermés.